La Mirabal, une marche pour les femmes

Le 25 novembre se tient chaque année la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, décrétée par les Nations unies. Trois jours plus tard, Créteil a célébré l’événement en organisant une marche pour les femmes. Reportage de N’Fanteh.

« C’est super de voir tant de monde se mobiliser sur cette cause sensible ». Sous le chapiteau dressé sur la base de loisirs, une femme d’une quarantaine d’années, posée mais fière, regarde passer les marcheurs de la Mirabal, une course organisée à Créteil au nom de la cause nationale 2010 : la lutte contre les violences faites aux femmes. « Mirabal » en hommage aux trois sœurs Mirabal assassinées pour avoir résisté contre le dictateur de la République dominicaine.

Lancement de la course de 10 kilomètres. Au départ beaucoup de femmes, mais également des hommes. Les 380 participants, tous bien protégés contre ce froid de canard, se mettent en route. Plus loin, effervescence des marcheurs qui se préparent à partir. Plus nombreux, on discute, on s’amuse, on partage… 4 kilomètres en 40 minutes, sans le moindre signe d’épuisement. « Mais la satisfaction d’être ensemble, pour les femmes », explique une marcheuse. Cette marche symbolique aura réuni plus de 400 participants.

Fin de la marche. Près du village associatif, une troupe pousse la chansonnette sur des rythmes latinos endiablés. Les participants se mettent à se déhancher et se réchauffer. L’ambiance est festive et enjouée.

Midi, petit creux après les efforts, la buvette est en plein rush. Les participants investissent le village associatif. Entre deux bouchées de sandwich, ils discutent sur le stand des partenaires de la manifestation. Une militante se réjouit : « Plus il y aura d’évènements comme cela, plus on en parlera et les mentalités finiront par changer ». Toutes sortes d’activités sont proposées afin d’inviter les participants au débat, à l’échange. L’association Tremplin 94, organisatrice de la manifestation, met à disposition une fresque sur laquelle chacun peut apposer une signature, un message, ou encore un dessin. L’association Femmes Solidaires soumet un questionnaire sur l’histoire des droits des femmes. Autant de partenaires que d’initiatives. « C’est la première fois qu’on a une visibilité des acteurs sur cette question, et impliquer les femmes autant que les hommes à travers une course est très intéressant ! » souligne la directrice du service Prévention de la délinquance de Champigny-sur-Marne (94).

Début d’après midi, remise des médailles : le gagnant de la course de 10 kilomètres est une femme ! Une fierté à l’occasion de cette journée. La manifestation se poursuit avec des animations telles qu’un théâtre forum. Des saynètes de la vie quotidienne d’une famille sont présentées ; le public peut, dès qu’il le souhaite, arrêter le cours de l’action et proposer une suite, à condition de venir jouer lui-même. A la fin, on débat sur l’impact de cette scène, pourquoi le spectateur a choisit de modifier l’histoire… Puis des chants berbères de Kabylie, envoutants, viennent radoucir l’ambiance.

« On a voulu rendre visible un partenariat territorial et non catégoriel. Ce n’est pas un cœur de métier cette lutte, mais bien des actions, des initiatives, et surtout un réseau », conclut Farida Damenne-Debbih, directrice de Tremplin 94. Cette course mixte est le reflet d’un engagement, au nom de l’égalité et contre les violences faites aux femmes.

N’Fanteh Minteh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − eight =