Bibliothèques : peut-on concilier « petit » et « grand » ?

 

Dans le cadre du travail commun entre les Reporters citoyens et les conseillers de quartier de Créteil, une enquête sur le projet de construction d’une nouvelle médiathèque au Mont-Mesly.

La Ville de Créteil a décidé de construire une médiathèque au Mont Mesly, place de l’Abbaye. Les travaux démarrent en juin pour une ouverture prévue en septembre 2013. Il s’agira d’une structure sur plusieurs niveaux, avec un large choix de livres, de revues, de CD… ainsi que des ordinateurs avec wi-fi mis à disposition des Cristoliens. Ce sera aussi un espace pour les étudiants qui souhaitent faire des recherches, ainsi qu’un lieu d’expositions et de conférences. Ce complexe culturel disposera de places de parking et s’accompagnera de la création d’une ligne d’autobus pour les habitants du centre-ancien. La municipalité a décidé de restructurer à cette occasion son réseau de bibliothèques, ce qui conduit à fermer cinq structures de quartiers, dont trois très proches de la future médiathèque. Mohamed (Reporter citoyen) a interviewé Elisabeth Rozelot, directrice des bibliothèques, qui explique l’intérêt de ce projet. Et Rose-Lyse (conseillère de quartier à La Habette-Coteaux du Sud) a mené l’enquête auprès des habitants.

Elisabeth Rozelot, directrice des bibliothèques :

« Permettre un accueil de grande qualité »

« Construire des bibliothèques fonctionnelles et adaptées à recevoir le public sur le territoire de la communauté d’agglomération (Créteil, Alfortville, Limeil-Brevannes). Voici le projet pensé et mûri par les élus et les professionnels depuis la création de cette communauté (qui a notamment pour compétence la gestion des équipements culturels) en 2001.

Malgré le développement des réseaux de lecture publique et leur installation aux pieds des immeubles (dans des espaces qui n’avaient d’ailleurs pas cette vocation), il n’avait jamais été construit de véritables bibliothèques. L’exiguïté et l’âge avancé des locaux ne permettaient plus d’accueillir le public dans les meilleures conditions et nuisaient à leur développement. D’où le besoin de construire un tel équipement sur la ville de Créteil et sur le territoire de la communauté d’agglomération toute entière. Un premier projet a vu le jour à Alfortville avec la construction d’une bibliothèque fonctionnelle de 2400 m2, dotée d’un véritable confort, et la fermeture des petits équipements de quartiers au pied des immeubles.

Après avoir fait réaliser par des professionnels les études et audits nécessaires, les élus ont décidé de restructurer le réseau cristolien qui s’est développé à partir de 1971 en parallèle du processus d’urbanisation. Le projet de médiathèque consiste donc à donner les mètres carrés indispensables aux visiteurs pour un accueil de grande qualité. Par ailleurs, celle-ci offrira des fonctionnalités que les bibliothèques de quartier, aux capacités d’accueil très limitées, ne permettent pas ou très peu : meilleur accueil des classes, espaces de travail pour les étudiants, représentation de spectacles, usage d’outils informatiques… Autant d’activités qui nécessitent des superficies supérieures à la petite centaine de mètres carrés aujourd’hui proposée par les bibliothèques de La Habette, des Bleuets ou Doyen. Et c’est aussi le quotidien des bibliothécaires qui va considérablement s’améliorer.

C’est un super challenge qui se prépare avec ce projet sur le Mont-Mesly. La France compte très peu de bibliothèques de cette taille construites en plein cœur d’un quartier dense et populaire comme l’est le Mont-Mesly. Monsieur le Maire a proposé la place de l’Abbaye comme implantation, ce qui est un vrai pari pour une médiathèque comme la nôtre. Son futur rôle central dans le quartier et la ville apporte une dimension sociale supplémentaire en termes de rencontre, d’échange et de découverte. »

Propos recueillis par Mohamed Mahieddine

Rose-Lyse, conseillère de quartier à La Habette-Coteaux du Sud :

Des habitants très partagés

La décision de supprimer la bibliothèque de quartier de La Habette, suite au projet de médiathèque, me semblant susciter l’incompréhension des habitants, j’ai décidé de mener l’enquête. Je suis donc allée les samedi et mercredi matin ou après-midi aux abords de la bibliothèque de La Habette (Haut du Mont-Mesly) afin d’interviewer les personnes qui y entraient ou en sortaient. J’ai recueilli leurs réactions sur le projet de médiathèque et la disparition future de la bibliothèque de quartier.

Beaucoup de personnes ont accepté de répondre à mes questions. 76 ont répondu que la bibliothèque devrait rester ici. A leurs yeux, maintenir une proximité avec la culture est une excellente chose pour le quartier, les enfants de la crèche, les écoliers, les collégiens, les personnes âgées. « La culture se développe, mais ne se centralise pas », ajoute Evelyne. Driss précise qu’un petit habitué à aller vers le livre « va continuer la démarche une fois devenu grand ». Ingrid pense que « certains parents ne laisseront pas leurs enfants aller seuls » à la médiathèque. Maryse estime que c’est d’autant plus important que « notre quartier est en pleine déshérence ».

En face, 66 autres personnes ont répondu être totalement d’accord pour bénéficier d’un lieu confortable, spacieux, avec accès à Internet, possibilité d’assister à des conférences et à des expositions… bref, tout ce qu’apportera la future médiathèque. « Les locaux de La Habette sont devenus trop exigus », souligne Emilie. « Avec mon vélo, je parcours la ville et, lorsqu’un livre manque, je vais le chercher dans une autre bibliothèque, reconnaît Marie-Odile. L’ouverturede la médiathèque à L’Abbaye sera l’occasion de faire se rencontrer des personnes qui vivaient dans deux mondes séparés. »

Certains pensent déjà à l’après-bibliothèque : ne pourrait-on pas transformer les locaux en espaces associatifs ? Ou les utiliser à la manière d’un relais-colis pour commander et récupérer des livres ?

Je laisse le mot de la fin à Mylène : « Les petites bibliothèques et la grande peuvent travailler en partenariat pour notre plus grand bien, chacune respectant la spécificité de l’autre ». Aux petites structures, le lien de proximité ; à la médiathèque, le rayonnement intercommunal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eight + 7 =