« Boza » le combat d’une traversée

traversee-boza-tanger-migration

Par N’deye M’boro Samb

Pour atteindre l’Europe, depuis Tanger, de nombreux migrants tentent une traversée dangereuse de la Méditerranée.  En 2017, plus de 3000 personnes ont perdu la vie pour rejoindre les rives nord de cette mer, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations. Mais ce chiffre, aussi grand soit-il, ne dissuade pas les migrants subsahariens qui sont à Tanger de tenter leur chance, comme l’expliquent Toukam Junior, jeune Camerounais qui a essayé de passer et Bénédicte, une Française qui habite la médina.

Depuis les toits de la médina de Tanger la vue sur la baie est magnifique. Les ruelles de la vieille ville, elles, sont pleines de vie. Mais à côté des enfants joyeux qui jouent, on peut aussi croiser quelques visages tristes ou inquiets, de personnes qui ont l’air pleines de mélancolie et dans l’attente.

Ces visages ce sont ceux des migrants subsahariens qui espèrent tenter, ou qui ont déjà tenté, la traversée de la mer Méditerranéenne, afin de rejoindre l’Espagne, en rêvant d’une vie meilleure. Leur rêve, atteindre l’Europe s’y installer et quitter la misère dans laquelle ils ont toujours vécu.C’est ce que raconte Toukam Junior, étudiant en Lettres, originaire de Douala, coincé à Tanger. Il aime chanter la chanson “ Le Boza”  de Beckro, qui narre le rêve de traversée.

Bénédicte, urbaniste française installée à Tanger, rencontre souvent des migrants qui veulent passer de l’autre côté et échangent avec eux. Elle raconte être très touchée parce ce qu’ils vivent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

twenty + three =