Rossanna Fiorenza, globe-trotteuse des temps modernes

rossanna

Par Maëva Fuenzalida

Rossanna Fiorenza, 29 ans, originaire de Boissy Saint Léger, voyage à travers le monde depuis bientôt 10 ans. De l’Océanie à l’Amérique, en passant par l’Afrique et l’Asie, elle parcourt le globe seule, avec un sac à dos contenant le strict minimum : quelques habits de rechange, une gourde, un ordinateur, un appareil photo…

Au printemps elle s’est fixée un nouveau challenge : traverser le continent Américain en partant d’Ushuaïa, dans l’extrême sud de l’Argentine, pour rejoindre l’Alaska, à l’extrême nord du continent, et ce, à vélo. La jeune femme nous fait part de certaines de ses expériences et nous explique pourquoi elle a décidé de quitter sa zone de confort pour vivre sa grande passion : le voyage.

 

“J’en avais ras le bol de Paris et de ce job que je n’aimais pas.”

Maëva Fuenzalida : Comment as-tu commencé à voyager ?

Rossanna Fiorenza : À 16 ans, dès que j’ai pu travailler, mon premier job a été de vendre du poisson sur un marché, ce qui m’a permis de partir rejoindre une amie au Portugal. J’ai pris un bus, seule, pendant plus de 20h et j’ai rencontré tellement de monde que j’ai adoré. Je suppose que ce moment a été un moment clé de ma vie.

Après le lycée j’ai essayé de reprendre les études car cela rentrait plus dans « le moule », mais toutes mes tentatives ont été des échecs et j’ai trouvé un job dans la restauration. Puis dans la vente. Et c’est à ce moment là, alors que j’avais 19 ans, que j’ai décidé de partir vivre un an en Australie. J’en avais ras le bol de Paris, de ce job que je n’aimais pas et la soif d’aventure ne m’avait pas quitté.

MF : Dans quels pays as-tu voyagé?

RF : J’ai vécu 1 an et demi en Australie, puis j’ai visité les Îles Fiji et la Thaïlande. Je suis aussi passée par la Nouvelle Zélande. Je suis ensuite partie presque 2 mois aux États-Unis. En Mars 2015 je me suis envolée pour la Réunion, l’île Maurice, l’Afrique du Sud où j’ai fini par passer 6 mois, puis le Canada où je suis également restée 6 mois, le Honduras, l’Indonésie, l’Égypte, le Mozambique, l’île Saint Martin. J’ai ensuite passée 4 mois en Colombie, 3 mois à Cuba puis, depuis février 2018 je jongle entre le Chili et l’Argentine. J’ai également visité d’autres pays d’Europe comme l’Italie, l’Espagne, le Portugal…

MF : Quelle est ta plus belle expérience?   RF : Ma plus belle expérience… difficile de n’en citer qu’une… Je pense que je peux parler de mon séjour en Colombie, où je me suis faite adopter par une famille colombienne pendant près d’un mois, et dont les membres ont fini par me traiter comme leur propre fille. MF : Quelle est l’expérience la plus difficile que tu as vécue pendant un voyage? RF : L’expérience la plus difficile a sans aucun doute été de vivre pendant près de 3 mois dans une ferme cubaine où les conditions sont extrêmement rudes. Les gens vivent avec quasiment rien et sont prêts à nous offrir tout ce qu’ils ont. Devoir aller au puit pour pouvoir boire, cuisiner, se laver. Se doucher au sceau dans l’urinoir. Faire du stop pendant des heures sous la chaleur étouffante pour pouvoir se déplacer car les transports sont presque inexistants et personne n’a assez d’argent pour posséder une voiture. Manger des haricots et du riz à tous les repas, petit déjeuner compris car aucun commerce n’existe aux alentours et certains endroits n’ont presque aucun fruits ou légumes. Je pense que chaque personne devrait vivre cette expérience au moins une fois dans sa vie pour réaliser à quel point nous avons de la chance et ne serait ce que pour avoir un peu plus de gratitude pour les choses simples comme le fait d’avoir de l’eau courante, un frigo, des moyens de locomotion.

When you look closely at this pic, you may think: that girl is having the time of her life, all smiling and happy Well DON’T BE FOOLED: what you don’t see on the picture is me struggling, trying not to pee myself every 2 min because of this freaking bladder infection I had caught yes, the time of my life But seriously though, this place was incredible. All the work that has been done into these temples, how well conserved it still is, the faith they had in their gods, the history behind it all, it left me speechless. And admirative . . . . . . #Egypt #egyptshots #travelegypt #historylover #egyptiantemple #thefairytalebloggers #wetravelgirls #damestravel #girlsjustwannatravel #dreaming_adventures #neverstopexploring #neverstopdreaming #goexplorewander #travelgirldiary #traveladdict #femmetravel #girlsborntotravel #mytinyatlas #travellushes #worldofwanderlust #widenyourworld #travelblogger #traveldeeper #ladiesgoneglobal #livetravelchannel #travelstoke #exploremore #abmtravelbug Une publication partagée par Rossanna Travel adventurer (@thegipsyjourney) le

MF : Et ta plus belle rencontre?

RF : Des belles rencontres, j’en ai eu des centaines! Il y a certes des personnes qui ont compté ou avec qui j’ai partagé plus que d’autres mais chaque personne que l’on rencontre à son rôle à jouer. Chacune laisse une trace en nous. Et tout arrive toujours pour une raison.

Par exemple la rencontre que j’ai faite avec Ezequiel et Matias, deux Argentins rencontrés dans une auberge en Colombie avec qui j’ai fini par passer 1 mois à traverser toute la côte caribéenne.

Et je ne cesse d’être surprise par ces rencontres totalement inattendues, qui ont le don de complètement changer la tournure des choses, d’un voyage, d’une vie.

“Je pense réellement que nos pensées créent notre réalité.”

MF : Est-ce qu’il t’arrive d’avoir peur en voyageant comme femme seule?

RF : En tant que femme seule sur la route, je préfère rester positive car je pense réellement que nos pensées créés notre réalité.  Et ma foi en l’être humain n’a jamais été aussi forte que depuis que je voyage seule, surtout lorsque je fais du stop. Tout le monde souhaite nous aider car les gens ont peur pour nous.

MF : Comment finances-tu tes voyages? RF : J’avais mis pas mal d’argent de côté en 2015, après être restée un an et demi en France. J’ai ensuite travaillé lors de mes passages en France et ai aussi travaillé dans certains pays où je suis restée plus longtemps. J’ai un budget de 10€ par jour, je loge chez l’habitant et me déplace en stop ce qui me permet d’économiser énormément d’argent. Je joue également de la guitare et prévois de faire de la musique sur la route. A suivre. MF : Où loges-tu en général? RF : Je loge la plupart du temps chez l’habitant. Pour moi il n’y a rien de mieux pour découvrir un pays que de le découvrir en partageant la vie des gens du pays. J’utilise très souvent le réseau couchsurfing mais loge également chez des gens rencontrés par hasard, comme par exemple dans la rue, dans une boutique…

Collect moments. Not things. #thegipsyjourney Une publication partagée par Rossanna Travel adventurer (@thegipsyjourney) le

MF : Pourquoi partages-tu tes expériences sur les réseaux ?

RF : Pour moi partager sur les réseaux est essentiel car nous sommes dans une ère où des personnes lambda ont énormément d’influence et de pouvoir sur les autres. Une ère où YouTube est devenu la nouvelle télévision. Une ère où l’on en a assez de voir du faux et du surfait et où les gens ont besoin de s’identifier à des personnes « normales ». On voit tellement de négativité de par les médias mais aussi sur les réseaux sociaux que je pense que c’est une responsabilité que de partager toutes ces choses. Le voyage nous forge, dans les bons comme dans les mauvais moments. Et c’est ce que j’ai décidé de montrer dans  mes vidéos. J’ai récemment décidé de partager mes voyages sur YouTube sous forme d’une mini série et de tout montrer. Sans filtre.

MF : Pourquoi ressens-tu ce besoin de voyager?

RF : Voyager est vital pour moi. On a tous une petite flamme en nous et malheureusement elle peut s’éteindre si l’on ne fait pas les choses que l’on aime. Le voyage, c’est pour moi un moyen de constamment dépasser mes limites, de sortir de ma zone de confort, d’avoir confiance en l’inconnu.

MF : Comment te vois-tu dans 20 ans?

RF : Je n’ai absolument aucune idée d’où je serai dans 20 ans ! Et à vrai dire, je ne veux pas le savoir. Je laisse la vie me surprendre et surtout, j’ai confiance que des belles choses m’attendent :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − thirteen =